Quantcast

03 juin 2021

L'édition 2021 est prévue le 26 juin. Elle partira de Pantin et se terminera place de la République.

Annulée pour cause de Covid l'année dernière, la Marche des Fiertés de Paris revient en 2021. Parisienne, la Pride ? Pas que, cette année… Pour la première fois de son histoire, le départ du cortège est prévu en banlieue, précisément à Pantin (Seine-Saint-Denis), à la porte nord-est de la capitale. Son parcours doit ensuite traverser le 19ème arrondissement pour arriver, comme d'habitude, place de la République. Date à cocher dans vos agendas : le 26 juin.

Le défilé partira de l'Église de Pantin, direction la Porte de Pantin. Il longera l'avenue Jean Jaurès, dans le 19ème arrondissement de Paris, avant de prendre le boulevard Magenta pour rejoindre la place de la République.

La Pride aura lieu le 26 juin, la veille du second tour des élections régionales. Une occasion idéale pour faire passer de véritables messages politiques pas uniquement symboliques. “La région doit se battre contre les discriminations”, a déclaré à nos confrères de Têtu Matthieu Gatipon, porte-parole de l’Inter-LGBT. “Les élections régionales sont particulièrement importantes sur les sujets LGBTQI+.

Transports, lycées, développement économique, subventions à la culture, la région a des compétences importantes. "En partant de Pantin, nous voulons en profiter pour déconstruire les préjugés sur les banlieues et mettre en avant les associations de Seine-Saint-Denis qui font un gros travail. Nous n'avons pas de doute que la Marche sera très bien accueillie", assure-t-il.

Pas de gros chars à la Pride 2021

À un an de l'élection présidentielle, il s'agira aussi pour l'organisation d'interpeller le gouvernement, dont le bilan sur les sujets LGBTQI+ n'est pas bon. "L'interdiction des 'thérapies de conversion' n'est pas à l'ordre du jour, la PMA pour toutes accuse un retard considérable et, malgré la possibilité pour les médecins généralistes de prescrire la PrEP, les chiffres sur le VIH ne sont pas bons...", énumère l'Inter-LGBT.

La marche fera d'autant mieux entendre ses slogans qu'elle s'annonce moins festive que d'habitude, en raison des mesures sanitaires qui ont toujours cours. "Il n'y aura pas de gros chars, les véhicules seront plus légers pour pouvoir respecter les mesures sanitaires", prévient Matthieu Gatipon.

Une seconde Fierté "antiraciste et anticapitaliste"

Une semaine plus tôt, le 20 juin, sera organisée une "contre marche des Fiertés", qui se veut "antiraciste et anticapitaliste". "L’organisation de l’Inter-LGBT est quasiment entièrement blanche", pointe Pierrette Pyram, militante auprès de l’association Diivines LGBTQI +, a expliqué à 20 Minutes. Les organisateur·rice·s reprochent également à l'Inter-LGBT d'accepter le soutien de grandes entreprises comme Air France qui, regrette la présidente du Baam Paris, a "toujours été présente à la marche et fait des reconduites à la frontière".